Technische Universität München

The Entrepreneurial University

 
Les hormones et les substances apparentées constituent un groupe très hétérogène en termes d’effets indésirables sur le tractus gastro-intestinal. Les hormones de croissance comme l’IGF-1, outre leurs effets sur la croissance de l’organe concerné, augmentent le risque de carcinome colorectal. La choriongonadotropine humaine, la gonadoréline, la prolactine ou l’hormone de stimulation folliculaire influencent des fonctions endocriniennes spécifiques et entraînent des effets secondaires non spécifiques sur le tractus gastro-intestinal (nausées, vomissements, douleurs abdominales et diarrhée).
drucken 

www.doping-prevention.com